AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Taire la vérité... [Nelchael]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethalidès H. Warrens
Le Comte
Ethalidès H. Warrens

Messages : 77
Date d'inscription : 24/07/2009

Taire la vérité... [Nelchael] Empty
MessageSujet: Taire la vérité... [Nelchael]   Taire la vérité... [Nelchael] I_icon_minitimeMar 25 Aoû - 16:06


    Vous êtes aux pays des merveilles. Un endroit où tout est mis en place pour vous faire croire au paradis. Un pays de conte de fées, et même au delà. Un pays à la limite de l’absurde et du grotesque, tant la perfection s’impose à tout autre chose. Ici, la pelouse est toujours rase alors qu’on ne voit jamais personne la tondre, le ciel est toujours sans nuage et personne ne va même jamais aux toilettes ! Prenez ce lieu par exemple, celui là même où Ethalidès, jeune conte du pays des merveilles se promènait allégrement. La cascade argentée comme on l’appelait communément. Alice avait indéniablement une part de romantisme parmi les différentes autres facettes de sa personnalité, au combien excentriques et imprévisible. Cet endroit était enchâssé entre des murailles rocheuses qui semblait couvertes de feuilles d’or. Un lieu propice à l’intimité des couples et aux ébats amoureux. La fameuse cascade jaillissait d’une hauteur de plus de soixante mètres, descendant de corniche en corniche, en un brouillard de gouttelettes -un brouillard certes mais un brouillard des plus parfaits- et alimentait dans la vallée, un vaste bassin où miroitait une eau des plus pure. Et dans l’eau, des poissons plus magnifiques les uns que les autres. Bien entendu, l’eau était à bonne température et ne faisait pas friser les cheveux ni couler le mascara de ses dames, l’herbe était molle et ne tâchait pas les vêtements, les pierres étaient lisses et ne vous faisaient ni glisser ni mal aux pieds. De quoi défier la logique de monsieur le conte qui avait la nausée devant tant de romantisme. Son histoire à lui était hélas bien loin de tout cela, et c’est précisément pourquoi il détestait tant ces niaiseries. Parce qu’elles n’étaient pas pour lui. Monsieur le conte se voyait refuser un privilège que d’autres gueux avaient sans peine et sans mérite. Sa femme ne voulait pas lui faire ce plaisir et toutes ces démonstrations de bonbons à la fraise l’agacées prodigieusement. Il regardait avec mépris –et envie- ces couples qui s’embrassaient à pleine bouche et qui se réfugiaient de longues heures dans la grotte, à l’abris des regards. Monsieur le conte était évincé. De plus, il serait bien incapable d’aller s’en plaindre, car ce n’est pas comme ça que cela marche entre son épouse et lui. Ils taisaient tout et allaient même jusqu’à dire tout le contraire de ce qu’ils pensaient réellement. Autrement dit, ce n’était pas demain la veille qu’ils se rouleraient ensemble sur les pelouses du pays des merveilles.

    Le jeune conte marchait en long et en travers sur l’herbe, piétinant les violettes qui jonchaient le sol. Qu’importe, dans trente secondes elles auront repoussé et auront retrouvé leur abjecte magnificence. Ethalidès considéra quelques instant la chute de la cascade et se dit qu’une baignade lui ferait le plus grand bien. Monsieur le conte voulait reprendre ses droits sur ce lieu qu’on semblait lui interdire avec tant de détermination. Très vite, il se retrouva en tenue d’Adam, plia soigneusement ses affaires qu’il déposa sur un rocher et pénétra dans le lac. Naturellement, la température était parfaite et bientôt le jeune homme disparut sous la surface de l’eau. Il resta un long moment comme ceci, dans un état second où le réel et l’irréel se mêlaient pour brouiller toutes les pistes de conscience et d’inconscience. Etrangement, il ne manquait pas se souffle bien qu’il fut sous l’eau depuis longtemps maintenant. C’était comme si, dans le monde des merveilles tout était en suspension. A y regarder de plus près, on constatera effectivement qu’il n’y a aucun vieillard aux pays des merveilles, Alice aurait-elle réussit l’exploit de manger sur la vieillesse et la mort ? Cela pourrait se justifier si ce monde était effectivement le paradis en question… Dans le fond, personne ne sait réellement ce qu’est le monde d’Alice. Un mystère de plus parmi tant d’autres. Au bout de ce qu’il lui sembla être une dizaine de minutes, Ethalidès refit surface. Le ciel était toujours aussi bleu, l’eau aussi clair, l’herbe aussi verte et les violettes toujours aussi violettes.

    - Faîtes attention aux carpes jeune comte elles ont tendance à faire les sourdes oreilles !

    Un farfadet venez de traverser l’herbe à toute allure et avait été disparu tout aussi vite qu’il n’était apparu. Bien que les lieux soient des plus parfaits, bon nombres d’habitants quant-à eux laissaient à désirer… On ne pouvait jamais être tranquille plus de cinq minutes aux pays des merveilles… mais bon, justement parce qu’on est aux pays des merveilles si quelqu’un venait à le déranger, un nénuphar ne serait jamais très loin. Comme quoi Alice a tout prévu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Taire la vérité... [Nelchael]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Assaut Planétaire
» Centi : la vérité
» [résolu] Changement de propriétaire
» Bureau du Secrétaire d'Etat - Ouvert à tous !
» Compil' de régles assaut planétaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
White Rabbit :: AND THE RED QUEEN'S "OFF WITH HER HEAD !" :: Promenons-nous dans les bois :: La cascade argentée-
Sauter vers: